Et donc, heuuu...

14 mars 2009

...

Je n'y croirai que quand j'y serai. Et si l'atmophère y est la même que quand je suis parti. Petit Bon Dieu, faites qu'il n'y ait pas de mauvaise surprise au tournant...

Posté par Viiniveri à 00:25 - Commentaires [2] - Permalien [#]

25 février 2009

Fait beau temps, pour la saison, hein ?

Quoiqu'il fait sec, maiiiis humide, hein, nébulosité variable, enfin. Il paraît que c'est dû à la couche d'ozone. En même temps, ici, on bénéficie d'un micro-climat, moi je dis...

Posté par Viiniveri à 09:12 - Commentaires [1] - Permalien [#]
23 février 2009

Et le prix du pain, ménant !

Mais enfin ! C'est avec toutes leurs fusées, moi je dis !

Posté par Viiniveri à 21:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Rholàlà !

Tout augmente, hein, mais où est-ce qu'on va ?...

Posté par Viiniveri à 14:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]
21 février 2009

Mais où va le monde ?

Non, c'est tout, je pose juste la question.

Posté par Viiniveri à 23:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Rhôlàlà

Et la crise communautaire, où est-ce que ça va nous mener, je vous demande un peu ! Moi, je dis, tout ça, c'est de la politique !

Posté par Viiniveri à 23:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 février 2009

Quel temps, encore une fois hein ?

Et cette petite pluie fine qui n'arrête pas, moi je dis, c'est comme ça qu'on attrape la mort des maladies !

Posté par Viiniveri à 18:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 février 2009

Edit du 14 décembre 2008

Vous savez, chers Collègues, si vous avez eu quelqu'inquiétude à la lecture de l'un ou l'autre de mes billets, au lieu d'en parler directement à ma hiérarchie, vous pouviez m'en parler à moi, je ne mords pas ! Vous qui avez contacté immédiatement ma hiérarchie, si c'est l'inquiétude et la sollicitude qui vous animait, vous pouviez :
1° laisser un commentaire (les commentaires sont modérés, mais je l'aurais probablement publié);
2° m'envoyer un mail en interne;
3° me contacter par téléphone...,
bref, il y avait un nombre incalculable de possibilités de réagir plutôt que d'avertir ma hiérarchie.

Edit

Vous remarquerez que tout au long du présent blog, j'ai blogué sous pseudo, en ne citant nommément personne de mes collègues, je n'ai même jamais dit où je travaillais, c'est bien simple. Alors que quelqu'un de mon boulot se soit mis à fouiner dans ce blog au point de supposer m'avoir reconnu, au point de s'adresser directos à ma hiérarchie, vous imaginez ma joie... Je considère cette démarche comme une intrusion dans ma vie privée. Si j'avais blogué sous mon vrai nom, j'aurais compris. Mais la Netiquette veut qu'à condition de ne citer personne nommément, si l'on blogue sous pseudo, c'est qu'on n'entend donner sa vraie identité qu'à qui l'on veut bien. En l'occurrence, on n'a pas tenu compte de la Netiquette. Il y a donc violation de la vie privée. Foutez-moi la paix, "vous". "Vous" avez déjà fait assez de dégâts comme ça dans ce qui me sert de "vie" ('tain, j'ai l'impression que les visites vont se multiplier).

Posté par Viiniveri à 12:21 - Commentaires [5] - Permalien [#]
01 janvier 2009

Nuit de l'An sur La Première

blogdicosIls ont eu une excellente idée, à La Première RTBF : Jeu des Dictionnaires non-stop jusqu'à 6h du mat. Et ils n'ont pas choisi les moins bons extraits, loin de là, un régal ! Excellente manière de me débarrasser de cette saloperie de 2008 comme de la scorie qu'elle était. Je continue à suivre le conseil de feue la mère de Laurence Bibot, qu'on entend à la fin de son spectacle "Capitaine Chantal". Je réécoute mes vieilles K7 des "Tilkin" et des "Soupers de Bobonne" et  du coup, en les écoutant, quand je repense à Marc Moulin, je pense à ce que j'ai gagné, pas à ce que j'ai perdu ! Son humour est tellement génial que j'arrive, pendant ces instants, à oublier que je l'ai perdu.

Anne Bonnée à tous, au fait !!!

Posté par Viiniveri à 03:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]
30 décembre 2008

Goutte

Goutte1Ça fait une éternité que je dis au corps médical que je soupçonne une crise de goutte. Et à tous les coups, "mais non, mais non, tenez, je manipule votre gros orteil, ça vous fait mal ? Non ? Et là ? Non plus ? Eh ben vous voyez bien que ce n'est pas la goutte, vous devez faire attention avec la bibine, tout le monde doit faire attention avec la bibine, mais vous n'avez pas la goutte, voyons !"

De fait, mon panard ne ressemble pas à ça, on ne "voit" rien, en effet. Mais le 26, impossible de poser le pied par terre sans gueuler de mal. Ça va mieux, mais c'est pas complètement fini. En plus, ça y est, le cap de la 50aine est passé, depuis hier ! Bonjour, les béquilles.

Je connais une personne qui en est au même stade que moi, mais qui est maman et pour sa fille, ne se sent pas le droit d'en finir. Je salue, c'est responsable.

Ma famille me fait le même chantage, mais je ne les ai pas mis au monde, moi, je n'ai rien signé, ni promis. C'est le côté sinon douloureux, du moins pénible de l'agonie qui me fait peur. Mais pas la mort, didjû, pas la mort, on aurait enfin la paix ! S'en aller dans son sommeil, hmmmm !

"Dire qu'il nous faudra mourir, qu'il nous est impossible de n'être point nés !"
Jules Renard

Posté par Viiniveri à 22:34 - Commentaires [4] - Permalien [#]